Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 21:32

Règne : animal musical

Classe : ovipare à vent

Famille : flamand rose & bugle

Le flamand cuivre ne savait pas voler, il n’avait ni plumes ni ailes. Il ne savait pas non plus marcher, son unique patte était plantée dans le sol.  Pour effectuer sa nécessaire migration saisonnière il n’avait donc pas d’autre alternative que se laisser transporter.

Le flamand cuivre fut le premier animal musical domestiqué par les musiciens. Pourquoi ? Personne ne sait.


Repost 0
Published by samuel stento - dans exposition Animô
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 21:29

Repost 0
Published by samuel stento - dans exposition Animô
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 21:23





 

Repost 0
Published by samuel stento - dans exposition Animô
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 21:03

Sculpture musicale réalisée à base de bois, d'accordéon diatonique et de soufflet


 
Règne : animal musical
Classe : mammifère à soufflet
Famille : hippopotame & accordéon


Malgré son air plutôt jovial, l’Hippopaccordéon comptait parmi les animaux musicaux les plus dangereux. Ils mesurait en moyenne 1 mètre 50 au garrot,  4 mètres replié et jusqu’à 20 mètres en extension.  Pour un musicien de l’époque, prétendre jouer de l’Hippopaccordéon était signe de grandebravoure et de courte espérance de vie. 

Repost 0
Published by samuel stento - dans exposition Animô
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 19:20


illustration de couverture réalisée pour les éditions cerise & coquelicot (à paraître)


Repost 0
Published by samuel stento - dans Parce que
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 17:36
 


 

Mammifère Périssodactyle appartenant au sous-ordre des Cérotomorphes et à la famille des Rhinocérotidés, le Rhinocélux est l’ancêtre, le grand-oncle du rhinocéros. C’est son aïeul nocturne.

 

S’il demeure moins populaire que son petit-neveu, ce n’est pas qu’il soit plus timide ou moins à l’aise en société, mais tout simplement parce qu’il n’a jamais vu le jour. Et que personne, jamais, ne l’a vu. Il loge sous terre.

Certes les loyers n’y sont pas beaucoup moins chers mais il a si peur de s’éteindre. En effet, le principal  prédateur du Rhinocélux est le courant d’air.

 

Son espérance de vie est déterminée par la longueur de sa mèche.

 

Son âge se mesure à la lueur de sa bougie nasale. Très lumineuse à sa naissance, elle déclinera au fil du temps jusqu’à s’éteindre avec lui, finalement.

 

Son drame est de n’avoir ni allumettes, ni cornes de rechange à portée de main. Il pourrait, c’est certain, aller en acheter au tabac du coin, mais le coin c’est dehors et dehors c’est plein de vent, d’éternuements, de  pluie et de portes qui claquent. Il a trop peur du noir pour sortir au grand jour.

 

Alors, il reste chez lui, au fond de son terrier aux volets clos. A l’abri des intempéries, il observe le temps passer et sa bougie fondre sur son nez.

 

 

Le dernier spécimen de Rhinocélux encore vivant se trouve dans le livre "Pourquoi pas?" (www.editionsdelacerise.com)



Repost 0
Published by samuel stento - dans Pourquoi pas
commenter cet article